Le LabEx DRIIHM

Lauréat de la deuxième vague de l'appel à projet Laboratoire d'Excellence (LabEx) dans le cadre du programme « Investissements d'avenir », le LabEx DRIIHM, Dispositif de Recherche Interdisciplinaire sur les Interactions Hommes-Milieux, regroupe les Observatoires Hommes-Milieux (OHM, au nombre de 101) et leur réseau (ROHM) qui constituent un outil que le CNRS-INEE a créé depuis 2007. Ce LabEx a été mis en place pour 8 ans (février 2012 - décembre 2019) avec une dotation de 6,5 Millions d'Euros.

Les 10 OHMs : Bassin Minier de Provence, Oyapock (Guyane française), Estarreja (Portugal), Tessékéré (Sénégal), Pyrénées-Haut Vicdessos, Vallée du Rhône, Littoral Méditerranéen, Nunavik, Pays de Bitche, Pima County (USA, co-créé par l'INEE et l'INSHS).

Ses objectifs

Le DRIIHM a pour vocation d'aider par son soutien au développement du dispositif que constituent les Observatoires Hommes-Milieux et leur Réseau et à permettre au mieux le bon accomplissement de leurs missions : constituer un dispositif intégré d'observation des socio-écosystèmes anthropisés et de leur complexité. Outil de recherche fondamentale et appliquée, attentif à de la demande sociétale, il organise observations, expérimentations, modélisations et préservation des données pour aider et contribuer par leur compréhension à la conception de solutions pour un développement durable.

Le Dispositif, très fortement marqué et cohérent conceptuellement, développe et consolide les mutualisations des ressources, des compétences, des expériences et des réflexions. Il a vocation à assurer la conservation sur le long terme des résultats des travaux réalisés par l'ensemble de la communauté, en données ou métadonnées, en promouvant notamment l'harmonisation des pratiques liées à leur conservation tout en garantissant leur pérennité au niveau central et leur disponibilité.

En tant que LabEx, le DRIIHM accorde une attention toute particulière à sa fonction de passeur entre la recherche académique et ses résultats et la société civile, les acteurs politiques et la société.

Ses activités

Promouvoir la recherche fondamentale et appliquée en Écologie globale (Écologie, Biodiversité, Interactions Hommes-Milieux) pour répondre à la complexité des socio-écosystèmes anthropisés. Pour cela, et grâce au LabEx DRIIHM, ces actions sont :

  • Financement de projets annuels de recherche, de contrats doctoraux et post-doctoraux (2 par an pour ces deux derniers). Les Appels à projets de recherche sont ouverts simultanément au titre des OHM et du réseau.
  • Mise en relation des données de l'ensemble des OHM pour favoriser leur disponibilité, leur consultation et l'hybridation des problématiques, les co-constructions, les partages de compétence et les mutualisation d'outils et de savoirs.
  • Animation scientifique de la communauté par des rencontres annuelles (séminaires, journées thématiques, écoles d'été...) afin de susciter des réflexions sur le système OHM, de théoriser sur les pratiques, de constituer une véritable communauté et espérer en améliorer ainsi le fonctionnement.
  • Accueil d'un invité scientifique annuel du Réseau (ISAR), personnalité scientifique de renom sollicitée pour animer scientifiquement le dispositif pendant une année en mettant particulièrement l'accent sur la thématique de recherche qui est la sienne tout en la pensant dans une perspective OHM.
  • Communication à destination de la société, participation à la fête de la science, accueils de scolaires, conférences ou restitution des recherches sur les sites concernés, vulgarisation sur des supports éditoriaux audio-visuels et journaux nationaux et régionaux.

Sa gouvernance

La mise en réseau, la coordination et le suivi des activités des OHMs ainsi que le fonctionnement du dispositif sont assurés par différentes instances : un conseil de direction, un conseil scientifique, une conférence des directeurs d'OHM, un Conseil d'orientation stratégique, des chargés de projets. Le responsable scientifique et technique intègre toutes ces instances.

Le Conseil de Direction (CoDir)

  • Stéphanie Thiébault, paléobotaniste - Directrice de l'INEE
  • Bruno David, écologue - Chargé de mission à l'INEE
  • Luc Abbadie, écologue - Directeur de l'IEES Paris
  • Robert Chenorkian, préhistorien, concepteur des OHMs - DAS en charge du suivi et du développement des OHMs et Responsable Scientifique et Technique du LabEx

Le Conseil Scientifique (CS) est une instance consultative chargée d'assister le Responsable scientifique et technique du Labex ainsi que le CoDir dans le suivi scientifique du projet. Il se compose de huit scientifiques (actuellement un en renouvellement) choisis en raison de leurs expériences et compétences dans les différents domaines de recherche du LabEx DRIIHM.

  • Yildiz Aumeeruddy-Thomas, ethnobiologiste, ethnobotaniste - DR CNRS, UMR5175 CEFE
  • Stéphane Blanc, biologiste - DR CNRS, DAS INEE, IPHC, Future Earth, MI
  • Hélène Budzinski, physicologiste et toxicologiste-chimiste des systèmes naturels et contaminants organiques - DR CNRS, UMR 5255, ISM
  • Agathe Euzen, anthropologue, environnementaliste - CR CNRS, LATTS
  • Josette Garnier, hydrobiologiste, biologiste, géochimiste - Présidente DR CNRS, FR 3020, FIRE
  • Nathalie Hervé-Fournereau, juriste de l'environnement - DR CNRS, UMR 6224, IODE
  • Thierry Heulin, microbiologiste - Directeur iBEB (CNRS - CEA/DSV), Directeur adjoint ECCOREV
  • Yves Perrette, archiviste, géo-physico-chimiste - CR CNRS, UMR 5204, EDYTEM

La conférence des directeurs d'OHM assure l'animation du réseau et étudie les possibilités d'évolution du Réseau (création de nouveaux OHMs, modification du périmètre de certains Observatoires...) et sert d'intermédiaire entre le Réseau et les partenaires institutionnels et académiques. Elle est composé du RST du LabEx DRIIHM qui la préside et de l'ensemble des Directeurs et Co-Directeurs des OHMs :

  • Sylvie Blangy (IR socio-géographe), Monique Bernier (Pr géographie-télédétection) pour l'OHMi Nunavik
  • Gilles Boëtsch (DR bio-anthropologue), Alliou Guissé (Pr botaniste) pour l'OHMi Tessékéré
  • Damien Davy (IR ethnologue) pour l'OHM Oyapock
  • Didier Galop (DR paléobotaniste) pour l'OHM Haut Vicdessos
  • Anne-Marie Guihard-Costa (DR bio-anthropologue), Eduardo Da Silva (Pr géosciences) pour l'OHMi Estarreja
  • Yves Noack (DR chimiste de l'atmosphère) pour l'OHM Bassin Minier de Provence
  • Hervé Piégay (DR géographe) pour l'OHM Vallée du Rhône
  • Franck Poupeau (DR sociologue) pour l'OHM Pima County
  • Samuel Robert (CR géographe) pour l'OHM Littoral Méditerranéen

Le Conseil d'Orientation Stratégique (COS) réunit la direction du Dispositif, le CoDir et les représentants des partenaires qui s'investissent dans le dispositif : Organismes ou Ministères, partenaires universitaires, partenaires économiques. Il est en voie de finalisation.

Les chargés de projet : certaines actions du dispositif nécessitent des compétences et un suivi spécifique régulier ; c'est le cas de la gouvernance du dispositif, de la communication/valorisation du dispositif, de la mise en place des bases de données et de la maintenance informatique.

  • Chargé de projet Gouvernance : Pardo Corinne
  • Chargé de projet Informatique et Base de données : Georges Hinot
  • Chargé de projet Valorisation : recrutement en cours

Les OHM sont eux-mêmes dotés de structures d'animation et de gouvernance qui leurs sont propres et conçues selon les caractéristiques de chacun. On y trouve le plus souvent un conseil de direction, un comité de pilotage, un conseil d'orientation stratégique.

Ses partenaires

Le DRIIHM permet la plus grande ouverture à tous les partenaires potentiels. Leur participation peut se situer à divers niveaux de la gouvernance : les comités de pilotage et/ou les conseils d'orientations stratégiques des OHM, le conseil d'orientation stratégique du DRIIHM. Lors de la sélection du projet par l'ARN, 125 partenariats étaient déjà identifiés pour la totalité du dispositif : 60 % environ avec des unités de recherche (77), le reste principalement avec des organismes ou des collectivités territoriales (17), des administrations (12) ou des organisations de gestion des milieux (12).

Les entreprises sont conviées à participer en tant qu'elles pourraient y trouver intérêt. Ce peut être l'appui d'une recherche spécifique pour fonder ou tester des équipements particuliers, l'insertion dans un réseau d'information ou de veille, etc. Pour l'instant ces partenariats se sont développés ou sont en cours de finalisation au niveau des OHM (avec Véolia, Klorane et EDF pour l'OHMi de Tessékéré, EDF pour l'OHM de Haut-Vicdessos, ou encore Rio Tinto, Ciments Lafarge et la SNET pour l'OHM Bassin minier de Provence). Une entrée privilégiée est également possible au niveau du Réseau par une participation sur des thématiques spécifiques proposées à l'APR.

La relation avec les collectivités territoriales (communes, communautés de communes, département, région) et les populations concernées (habitants, usagers, associations...) est essentielle vu les contextes et objets d'étude du DRIIHM. Les travaux menés dans ce cadre abordent souvent des thématiques très sensibles (conséquence des pollutions et résilience, questions de santé publique induites, efficience des remédiations, etc.), il est important de progresser en informant les autorités et les populations concernées, voire en partenariat avec elles. La logique de travail induite par le DRIIHM incite à inclure les acteurs dans tout questionnement, depuis la co-construction des projets à la restitution des résultats.

Les Observatoires Hommes-Milieux

Un OHM est un outil d'étude des socio-écosystèmes anthropisés, conçu pour répondre à leur complexité par la mise en œuvre d'une démarche globale d'étude en associant les sciences de l'environnement et en créant les dynamiques pour la mise en place de l'interdisciplinarité nécessaire pour y parvenir. Pour cela chaque OHM s'organise autour d'un objet focal – qui sera étudié par toutes les sciences de l'environnement – qu'un événement fondateur est venu bouleverser profondément (ex : un bassin minier – objet – et l'arrêt de l'exploitation – événement fondateur). Au-delà de ce cadre, les OHM organisent des lieux et moments d'échanges entre toutes les disciplines afin de permettre leurs interactions. Celles-ci co-construisent ensemble le projet d'OHM, identifient de concert les problématiques qui seront traitées et réévaluent périodiquement leur opportunité à la lumière de la progression des recherches entreprises et des échanges qui les accompagnent.

Les OHM ont donc une triple fonction d'incitation à la recherche et d'observation, d'organisation et de pérennisation des données, de facilitation des fonctionnements d'incitation à la réflexion et à l'échange scientifique. Ils ont une finalité, l'apparition de l'interdisciplinarité appliquée à l'étude des socioécosystèmes anthropisés, en créant les conditions d'apparition de liens et d'échanges entre les disciplines autour d'un objet partagé et en favorisant la formulation de problématiques interdisciplinaires pour l'étude des systèmes complexes. Le système OHM constitue donc un outil de promotion de l'interdisciplinarité dans le champ de l'écologie globale.

Ce système a été conçu et créé par le CNRS en 2007, dans le cadre du Département Environnement et Développement Durable, puis de l'Institut Ecologie et Environnement où il est développé depuis. Il se compose aujourd'hui de 10 observatoires nationaux et internationaux (OHM Bassin Minier de Provence, OHM Oyapock, OHM Haut-Vicdessos, OHM.I Tessékéré, OHM.I Estarreja, OHM Vallée du Rhône, OHM Littoral méditerranéen, OHM.I Nunavik, OHM Pays de Bitche, OHM.I Pima County) et de leur réseau.