PDF
Aléas GravItaiRes dans le Parc national Tursujuq, lieu de prédilection pour les activités traditionnelles autochtones et le tourisme environnemental – AGIR
Armelle Decaulne
Session
2016
Co-porteur(s)
Najat Bhiry
Type de projet
Projet OHM
Biogéographie, Dendrochronologie, Géographie, Géomorphologie, Paléoenvironnement, Sédimentologie
Les pentes du parc national de Tursujuq (Nunavik, Canada) présentent des dénivelés suffisants pour générer des processus gravitaires : chutes de blocs, glissements de terrain, coulées de débris, avalanches. Les pentes des îles du lac à l’Eau-Claire, les cuestas d’Umiujaq et toutes celles du parc sont soumises à tous ces aléas gravitaires depuis la disparition des glaces, il y a 6000 ans. Le projet AGIR exploite le potentiel de datations relatives et absolues des petits bassins-versants du parc : analyse stratigraphique d’archives naturelles de l’évolution holocène des aléas gravitaires grâce aux nombreuses zones de piégeage où le matériel issu de l’activité géomorphologique sur les pentes s’est accumulé. La reconnaissance des processus géomorphologique et de leur répartition temporelle sur le long terme se fera à partir de carottes sédimentaires effectuées dans les zones distales, tandis que l’activité des derniers siècles sera documentée par la dendrogéomorphologie des épinettes noires déformées déjà observées sur les talus lors de la mission d’observation de l’été 2015.
Le but ultime du projet AGIR est de caractériser la vulnérabilité au sein du parc national Tursujuq. Celui-ci est visité par les touristes et utilisé par les communautés autochtones de Kuujjuarapik-Whapmagoostui et d’Umiujaq. AGIR fonctionnera en parallèle du projet PARC qui recense les pratiques au sein du parc, autant celle des populations autochtones (dont la circulation est libre au sein du territoire de Tursujuq) que celles des visiteurs exogènes (dont la circulation est contrôlée par les autorités du parc).

Porteur

Armelle Decaulne
2020-05-27 09:07:41
Armelle Decaulne
Chercheur au CNRS depuis 2006, mes travaux ont toujours porté sur les environnements froids des hautes latitudes. Vingt années de recherche sur les dynamiques de pentes, leur géomorphologie et les risques associés en Islande m’offrent une expérience que j’ai transposée par exemple en Norvège occidentales. Les versants du Nunavik représentent un terrain d’étude à la fois exigeant de par leur éloignement, leur complexité et leur diversité, et stimulant par la richesse culturelle des peuples qui les parcourent.

Participants

Najat
Bhiry
Najat Bhiry est directrice du CEN. Son expérience des milieux polaires repose sur de nombreuses années de recherche sur les thématiques suivantes :
- Impact des changements climatiques sur les milieux humides nordiques et sur l'occupation humaine dans l'Arctique.
- Étude des paléosols nordiques.
- Paléoécologie et sédimentologie des dépôts lacustres et tourbeux nordiques.
- Sédimentologie et micromorphologie des formations quaternaires.
Elle a parcouru l'Arctique québécois et l'Islande septentrionale pour répondre à ses problématiques de recherche.
Denis
Sarrazin
Géomorphologue et technicien, Denis est en charge du réseau de mesure Arctique du CEN. Son implication dans le projet AGIR est essentielle pour installer les appareils de mesure et collecter les données. Son expérience de l'Arctique canadien est inestimable.
Thierry
Feuillet
Thierry Feuillet est géographe environnemental, spécialiste d'analyses spatiales, avec une expérience de recherche en météorologie et climatologie, biogéographie, changements climatiques, et des interactions hommes-milieux. Ses recherches ont porté sur les milieux de haute montagne (Pyrénées, Alpes) et subpolaires (Islande septentrionale).

Photographies, images, illustrations...

Photo
Saisir le titre
Auteur
Saisir l'auteur
Localisation
Description
Saisir la description
chemin origine
Affichage de l'image

Pièces jointes publiques

Rencontrez Armelle Decaulne et découvrez son projet AGIR, dans une entrevue.