PDF
CoFhy3 - Impact d’une COupe Forestière sur l'Hydrologie d’une tourbière
Stéphane Binet
Session
2016
Co-porteur(s)
Laure Gandois, Jean-Marc Antoine, Simon Gascoin, Vincent Bustillo
Type de projet
Projet OHM
OHM(s) concerné(s)
  • OHM Pyrénées Haut Vicdessos
Climatologie, Géologie, Hydrologie
La forêt aux alentours de la tourbière de Bernadouze doit-être exploitée cette année et ce projet vise à étudier l’impact de la coupe forestière sur l’hydrologie. Pour cela un suivi hydro-météorologique est en cours d’acquisition depuis 2012. Les premiers bilans hydrologiques réalisés sur ce versant montrent un fort contrôle du système karstique sur les écoulements. Une part importante de l’eau du versant s’infiltre sous terre ce qui pourrait potentiellement limiter l’impact de la coupe forestière sur le fonctionnement de la tourbière. Seules les grosses crues de fonte de neige ou d’orage débordent vers la tourbière (Master 2015 de T. Rosset).
Pour valider ce modèle de fonctionnement hydrologique, ce projet propose de réaliser des expériences de traçage artificiel et naturel des eaux. Le traçage artificiel consiste à coloré l’eau (Fluorescéine) qui se perds à l’entrée de la tourbière pour tester l’hypothèse d’une connexion avec la résurgence du Tour de Rantou, situé 5km à l’aval. Le traçage naturel utilise l’isotopie de la molécule d’eau pour discuter l’altitude à laquelle cette eau est tombée. Nous souhaitons réaliser à l’échelle de la vallée des transepts altitudinaux permettant de calibrer la relation isotopes de l’eau / altitude moyen du bassin versant. Cette courbe de calibration devrait permettre de réinterpréter les données isotopiques acquissent dans les projets MOHAV à l’exutoire de la tourbière en terme d’altitude de recharge.
L’ensemble de ces observations ont pour objectif de valider définitivement le bilan hydrologique. Une bonne connaissance de ce dernier est fondamentale si l’on souhaite étudier dans de bonnes conditions la résilience hydrologique du système suite à la coupe forestière.

Porteur

Stéphane Binet
2021-12-14 16:07:06
2019-02-27 14:15:00
Stéphane Binet
Stéphane Binet (40 ans, HDR, hydrogéologue), a obtenu un doctorat en sciences de la terre de l'université de Besançon et du Polytechnique de Turin (co-tutelle). Il a approfondi ses connaissances en hydrochimie pendant son ATER à Grenoble (2006-2007). Enseignent chercheur à l'Institut des Sciences de la Terre d'Orléans depuis 2007. Détaché au CNRS entre 2013 et 2016 au laboratoire Ecolab de Toulouse il a ensuite soutenu en 2018 une habilitation à diriger des recherches sur la thématique des mécanismes de migration des pollutions diffuses vers les eaux souterraines.
Ses recherches portent sur l’étude des facteurs qui contrôlent la qualité des eaux souterraines. Son projet de délégation s’intéresse au transport/stockage des contaminants dans les bassins versants, plus spécifiquement dans les tourbières. Il est co-auteur d’une trentaine de publications de rang A, participe à des projets nationaux et européens et a encadré/encadre des étudiants en thèse et post-doc.

Participants

Laure
Gandois
Cycle du carbone dans les sols et les tourbières

Flux de carbone (dissous, gazeux) émis par les sols
Matière organique dissoute (MOD) : caractérisation, dynamique

Dynamique des éléments traces métalliques (ETM) dans les écosystèmes terrestres

Dépôts atmosphériques
Bio-indication : quantification et effets
Dynamique dans les sols
Interaction avec la matière organique dissoute (MOD) et transfert

Jean-Marc
Antoine
Géohistoire et histoire de l’environnement
Risques naturels et catastrophes
Hydrologie et changement climatique
Pyrénées, Sud-Ouest, Andes
Simon
Gascoin
Hydrologie, neige station météorologique
Vincent
Bustillo
CNRS/UPS"at CESBIO
Eco-hydrology,
Agro-hydrosystem modelling,
Geophysic (surface),
Hydro-pedology / water geochemistry,
Energy budget,
Fluxes and incertainties.