PDF
Connaître, gérer, anticiper et prévenir le risque des maladies à transmission vectorielle sur le littoral méditerranéen  
Daniel Bley
Session
2014
Co-porteur(s)
Type de projet
Projet Doctoral
Anthropologie
Le moustique Aedes, vecteur de maladies à transmission vectorielle (MTV) telles que la dengue et le chikungunya est aujourd’hui massivement implanté dans le sud est de la France. La situation potentiellement pré-épidémique inquiète les autorités publiques et les experts de voir les risques liés aux (MTV) se transformer en « épidémies tragiques » (Fouque, Fontenille, 2011). L’évolution de ce contexte écologique et environnemental pose de véritables questions de santé publique. Le littoral méditerranéen, marqué par une forte urbanisation, des mouvements de populations importants et des dynamiques touristiques parmi les plus intenses et les plus variées au monde (Magnan, 2009), constitue une focale incontournable pour interroger non seulement l’état de connaissances des acteurs à l’égard de ce risque, mais également leurs capacités à y faire face. La question du risque lié aux MTV à l’échelle du littoral méditerranéen appelle acteurs et décideurs à mesurer le degré de vulnérabilité des territoires et des populations à l’égard du risque lié aux MTV, qu’il convient de mieux connaitre, anticiper et prévenir. Or, pour mener des actions efficaces de prévention, il convient préalablement d’évaluer les prédispositions sociales à l’adoption des mesures de précautions environnementales. L’analyse des systèmes de contraintes susceptibles d’influencer les perceptions du risque doit ici nous permettre de comprendre comment un programme de lutte anti-vectorielle peut s’inscrire efficacement à l’échelle de cette interface en mutation.

Porteur

Corinne Pardo
2021-05-03 10:38:43
2020-11-27 15:14:00
Corinne Pardo
Après un Master en Ecologie et Biologie des Populations à l'Université des sciences de Montpellier et un Master Recherche «Paysage et territoire» à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (Paris), j'ai soutenu un doctorat en géographie de l'environnement à l'Université Paul Valéry (Montpellier). mes travaux de recherche ont porté sur les questions des dynamiques territoriales et les gestions de l'arbre dans le nord-ouest de la Méditerranée.
J'ai coordonne depuis 6 ans le LabEx DRIIHM après avoir été en charge de la gouvernance et/ou de la valorisation de divers programmes scientifiques («Paysages et politiques publiques» portés par le ministère français de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie / Le PSDR3 Aquitaine / INTERREG IIIB Méditerranée).