PDF
Vers une conciliation entre apiculture et conservation des abeilles sauvages le long du littoral méditerranéen
Benoit Geslin
Session
2017
Co-leader(s)
Laurence Affre
Project type
Projet OHM
Biologie, Écologie, Entomologie
Avec l’accroissement des perturbations anthropiques, les habitats propices au maintien des colonies d’abeilles domestiques se sont raréfiés ces dernières années, obligeant les apiculteurs à installer leurs colonies dans des territoires qui en étaient précédemment dépourvus. Dans ces territoires, l’introduction d’abeilles domestiques pourrait fragiliser les populations d’abeilles sauvages et modifier la structure des réseaux d’interactions plantes-pollinisateurs. En effet, des exemples de compétition pour les ressources florales entre abeilles domestiques et sauvages ont récemment émergé dans la littérature. Dans un contexte de crise de pollinisation, ce projet a pour ambition de concilier l’introduction d’abeilles domestiques avec la préservation des communautés d’abeilles sauvages présentes le long du littoral méditerranéen. En effet, c’est le long de ce littoral que l’on trouve la plus grande diversité d’abeilles sauvages de France et près de 10% d'entre-elles sont menacées d’extinction à l’échelle européenne. A travers des approches théoriques, empiriques et expérimentales, ce projet vise à développer un outil d’aide à la décision pour les gestionnaires accueillant des ruchers sur leur territoire.

Leader

Benoit Geslin
Chercheur écologue spécialiste des interactions entre plantes et pollinisateurs, je travaille à l'interface entre des milieux semi-naturels, agricoles et urbains et j'étudie les conséquences multi-échelles des perturbations anthropiques sur les réseaux de pollinisation.
Je développe des approches innovantes à travers des expérimentations in situ, en gardant une attention particulière pour les potentielles applications à la gestion et la conservation de la biodiversité.

Participants

Lise
Ropars
Lise Ropars est une doctorante spécialisée dans l'étude des relations entre abeilles sauvages et domestique. Elle a réalisée sont Master à Paris sous la direction d'Isabelle Dajoz et à été recrutée en 2016 à l'IMBE. Lise sera impliquée à 100% de son temps de recherche dans ce projet.
Floriane
Flacher
Floriane Flacher est une post-doctorante en A.T.E.R. à l'Université Paris Diderot (laboratoire iEES Paris). Au cours de sa thèse à l'UPMC (Paris), elle a étudié l'influence des interactions entre plantes sur leur attractivité aux pollinisateurs. Plus particulièrement, elle s'est intéressée à la production de nectar et de fleurs dans un contexte de diminution des ressources du sol. Elle travaille désormais en collaboration avec Benoît Geslin et Laurence Affre sur des problématiques liées à l'écologie de la pollinisation dans le Parc national des Calanques.
Laurence
Affre
Laurence Affre est Maître de Conférence à Aix Marseille Université, chercheuse à l'IMBE et responsable d'équipe. Elle est botaniste et spécialiste de la flore méditerranéenne. Elle sera impliquée dans le volet de caractérisation des habitats et de la flore littorale.
Arne
Saatkamp
Arne Saatkamp est enseignant-chercheur à l'IMBE et Aix-Marseille Université et fait ses recherche sur l'écologie de régénération des plantes, notamment les traits floraux, la dispersion et la germination.
Il était coordinateur de la partie biodiversité littorale du projet européen GREAT-MED (www.greatmed.eu) qui a généré une base de données importante sur la végétation littorale et sa vulnérabilité qui sera mis à profit durant ce projet.
Lidwine
Le Mire Pecheux
Lidwine Le Mire Pecheux, Docteure en écologie des communautés, est aujourd’hui
responsable du pôle connaissance scientifique du parc national des
Calanques et référente en écologique terrestre méditerranéenne. Elle
participera au comité de pilotage de la thèse et assurera la coordonnera au
sein du parc avec le pôle aménagement en charge des questions apicoles.