PDF
EMER-LAG : Les contaminants émergents comme révélateurs de processus d’anthropisation différenciés sur les lagunes méditerranéennes, premières investigations sur l’Étang de l’Or et analyse comparée avec l’Étang de Biguglia.
Frédéric Huneau
Session
Co-leader(s)
Project type
Projet OHM
Écologie, Géographie, Hydrologie, Sociologie
Les lagunes de Biguglia et de L’Or sont deux exemples d’hydrosystèmes tributaires des eaux souterraines. La qualité de leurs eaux est donc sous une forte contrainte hydrogéologique et en lien directe avec le bassin versant et le niveau de développement des activités socio-économiques. Les eaux souterraines étant à la fois le vecteur des pollutions, mais aussi un réservoir de temporisation avant une restitution progressive à la lagune. L’intérêt hydrologique des contaminants émergents est de pouvoir remonter précisément à la source des processus polluants et de pouvoir identifier les activités impliquées, les territoires impactés et les modalités de dispersion. Couplés à un indicateur de temps de séjour de l’eau dans le sous-sol, ils deviennent des indicateurs de l’historicité des processus et permettent de mettre en évidence les legs polluants liés aux eaux souterraines. Sur ce sujet, le niveau de connaissance sur Biguglia est déjà important, tant du point de vue des contaminants présents dans les eaux que de la description du bassin versant. Cependant, aucune donnée de ce type n’existe encore pour l’Or nous permettant de pouvoir comparer ces deux sites efficacement sous l’angle de la contamination par les polluants émergents. L'approche développée ici combine des investigations hydrochimiques et isotopiques sur le milieu récepteur et une démarche à l'amont qui vise à estimer les sources et acteurs potentiels impliqués dans le processus de contamination. La spatialisation des informations nous permettra de croiser les données géographiques et socio-économiques avec les données qualitatives sur les masses d'eau issues des investigations.

Leader

Frédéric Huneau
Titulaire d'un doctorat en hydrogéologie de l'Université d'Avignon (2000).
Habilité à Diriger des Recherches en 2011.
Professeur des Universités en hydrogéologie depuis 2012 à l'Université de Corse.
Hydrogéologue et hydrogéochimiste spécialiste des outils isotopiques en sciences de l'eau et de l'impact anthropique sur les hydrosystèmes méditerranéens. Il s’intéresse en particulier à la dynamique de renouvellement des ressources en eau souterraine et à l'appréciation de la pérennité des stocks hydriques.

Participants

Emilie
GAREL
Titulaire d'un doctorat en hydrogéologie de l'université d'Avignon (2010).
Maître de Conférences en hydrogéologie à l'Université de Corse depuis 2014.
Hydrogéologue et hydrogéochimiste spécialiste des traceurs environnementaux pour appréhender et quantifier les interactions entre eaux souterraines et eaux de surface au niveau d'hydrosystèmes complexes. Elle porte un intérêt particulier au rôle épurateur et protecteur de la zone non saturée et aux interactions au sein du continuum zone vadose / zone saturée avec une approche de modélisation.
Vanina
PASQUALINI
Professeur des Universités en écologie végétale, Université de Corse, membre de l'UMR CNRS SPE 6134 et l'UMS CRNS Stella-Mare 3514 ; Directrice adjointe de l'Observatoire Hommes-Milieux « Littoral
méditerranéen » du CNRS et chargée du site de l’étang de Biguglia.
Sébastien
SANTONI
Titulaire d'un doctorat en hydrogéologie de l'université de Corse (2016).
Maître de Conférences en hydrogéologie à l'Université de Corse depuis 2020.
Hydrogéologue et hydrogéochimiste spécialiste des traceurs environnementaux pour appréhender le fonctionnement hydro-écologique des milieux.
Eléa
CRAYOL
Doctorante en hydrogéologie à l'Université de Corse.
Elle travaille sur le fonctionnement hydrogéologique et hydro-écologique des ensembles lagunaires méditerranéens.
Stéphane
GHIOTTI
DR CNRS en poste à l'UMR ART-Dev (UMR5281)
Ses recherches portent sur la géographie de l'eau en Méditerranée. L’approche disciplinaire se situe
dans le champ de la géographie critique environnementale comprise comme l’analyse dans le temps et dans l'espace des relations eau, société et pouvoirs.