PDF
FUNPEAT - Dynamique spatio-temporelle des communautés fongiques : la tourbière de Bernadouze, un modèle d’étude
Béatrice Lauga
Session
Co-leader(s)
Project type
Projet OHM
Écologie
Les tourbières constituent l’un des stocks de carbone les plus importants de la planète dont la transformation pourrait aggraver l’ampleur du changement climatique. Les tourbières sont aussi des écosystèmes emblématiques des Pyrénées où se concentre une biodiversité originale, riche et bien souvent menacée du fait de la régression de ces milieux, de l’action du changement climatique et de l’utilisation intensive de ces espaces naturels.
Bien que l’étude de la diversité des micro-organismes dans les tourbières soit l’objet d’un intérêt croissant, les processus maintenant cette diversité et son rôle dans le fonctionnement et la stabilité des tourbières reste à ce jour très peu explorés. Grâce aux recherches que nous avons menées sur les Procaryotes (Bacteria et Archaea) ces dernières années à Bernadouze nous avons participé à une meilleure connaissance de cette composante microbienne toutefois nous sommes conscients que d’autres micro-organismes, dont particulièrement les champignons (Fungi) pourraient jouer un rôle non négligeable dans ces écosystèmes.
Il apparait donc primordial de mieux caractériser la communauté fongique à la fois au niveau taxonomique et fonctionnel et d’identifier les variables environnementales responsables de la variabilité spatio-temporelle de ces communautés. Nous souhaitons également dans une approche intégrative considérer cette diversité au regard de la diversité des communautés procaryotes afin de mieux comprendre comment s’assemblent ces deux composantes microbiennes.
Ainsi nous proposons d’acquérir une meilleure compréhension de l’écologie des communautés fongiques des tourbières pyrénéennes en étudiant la distribution spatiale (horizontale et verticale) et temporelle (saison) de ces communautés. La tourbière de Bernadouze sera le site modèle principal de notre

Leader

Béatrice Lauga
Titres académiques
2012 Habilitation à diriger les recherches (HDR), Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA)
1996 Doctorat, UPPA, Sciences biologiques
Parcours professionnel
Depuis 2013- Professeur (UPPA)
2007-2013- Maître de conférences - (UPPA).
2005-2007- Chercheuse contractuelle - (UPPA) – IPREM-EEM (Pau - France)
2003-2004- Chercheuse au Conservatoire Botanique National (Bagnères de Bigorre, France)
2001-2002- Post-doctorat - UPPA –EEM –IPREM (Pau - France)
1999-2000- Post-doctorat- University of Edinburgh – Charlesworth lab’s (Edinburgh, Ecosse)
1996-1999- Attachée temporaire enseignement et recherche (ATER) - (UPPA)
Thèmes de recherche
Mots-clés : Ecologie des communautés, diversité microbienne, changement globaux, biogéographie, évolution, adaptation, contaminants

Résumé : Après mon doctorat, j'ai été post-doctorante dans le laboratoire des Profs B. et D. Charlesworth puis à l’UPPA où j'ai commencé à m’intéresser aux microorganismes dans l'environnement. Je suis maintenant professeure. J’enseigne la biologie végétale, la génétique et la bioinformatique et je réalise ma recherche en écologie microbienne. Je suis responsable de la plateforme PREMICE (plateforme régionale dédiée à l'étude de la diversité microbienne). Je m'intéresse aux profils de diversité microbienne, à la fois taxonomique et fonctionnelle, avec un intérêt particulier sur leur rôle dans le fonctionnement des écosystèmes. J'explore une variété d'environnements pour comprendre quelles forces façonnent l’assemblage des communautés microbiennes. Mes études sont principalement focalisées sur des environnements marqués par des contaminations anthropiques. Je développe une large gamme d'outils et de méthodes pour étudier les échantillons complexes et contaminés. Mes approches sont influencées par mon expérience passée en génétique des populations et son lien avec l'écologie des communautés.

Participants

Gaël
Leroux
Function:
CNRS researcher in BioGeochemistry
Qualifications:
Master in Environmental Geosciences, University of
Aix-Marseille, 2001
Magistère des Sciences de la Terre, University of
Lyon - ENS Lyon, 2001
PhD in Environmental Geochemistry, University of
Heidelberg (2005)
Habilitation à diriger les recherches, INP-Toulouse
(2013)
Awards:
Umwelt-Preis der Viktor und Sigrid Dulger-Stiftung
(2006)
Employment history:
CNRS researcher (Toulouse)
post-doc position, University of Liège (2008-2009)
post-doc position, Institute of Radioprotection and
Nuclear Safety (IRSN-Cadarache) (2005-2008)
Research topics:
Isotope and Trace Element Biogeochemistry,
especially in mountain area
Atmosphere-soil-organisms transfers – isotope
fingerprinting
Wetland biogeochemistry
Holocene paleo-environment
Archaeometry
Laure
Gandois
Fonctions
depuis 2014 : CR CNRS, section 30, EcoLab (UMR
5245).
2012 - 2014 : Attachée Temporaire d’Education et
de Recherche. INPT-Ecolab. Toulouse.
2010 - 2012 : Chercheuse ( SMART Fellowship).
Singapore-MIT alliance for Research and
Technology ( SMART), Singapore.
2006 - 2009 : Doctorante (Bourse Ademe). EcoLab
(UMR 5245).
Formation
2009 : Doctorat. Géochimie de l’environnement.
Université Toulouse III
2006 : Diplôme d’ingénieur en Procédé Industriels
et Environnement (Spécialité Eau et
Environnement). INSA (Institut National des
Sciences Appliquées), Toulouse.
2006 : Master Recherche. Université Toulouse III :
en procédés de l’environnement.
Activités de recherche
Cycle du carbone dans les sols et les toubières
- Matière organique dissoute (MOD) :
caractérisation, dynamique,
- Cycle du méthane
- Interaction MOD - elements traces métalliques
Laure Gandois travaille sur la tourbière de
Bernadouze depuis octobre 2012. Après un
François
Rigal
Statut : Maitre de conférences (UPPA-IPREM)
Domaines de compétence : Ecologie des
communautés, Biogéographie, Ecologie
fonctionnelle.
Thématique de recherche : Comprendre les
mécanismes écologiques et évolutifs déterminant la
structure des communautés et leurs réponses aux
pressions anthropiques.
Activités d’Enseignement : Enseignement des
biostatistiques en Licence de Microbiologie,
biologie cellulaire et moléculaire et en Master Bioprotection et microbiologie de l'environnement.