PDF
Etude à long-terme des conséquences du démantèlement aux environs de la centrale de Fessenheim sur des espèces d’oiseaux sentinelles
Sylvie Massemin
Session
Co-leader(s)
François Criscuolo
Project type
Projet OHM
Écologie de la santé, Écophysiologie, Santé publique
Produire de l’énergie à grande échelle, et ce à moindre coût, tout en participant à la décroissance carbone est un challenge sans précédent. Si l’énergie atomique respecte les contraintes carbone, elle est aussi potentiellement la source d’effets environnementaux néfastes, encore difficile à évaluer à long terme. Le projet Watchbirds s’inscrit dans l’effort scientifique régional actuel qui vise à déterminer les effets toxicologiques à de très faibles expositions d’agents génotoxiques dans un territoire du Rhin supérieur soumis à des fortes pressions anthropiques (industrielles, urbaines, agricoles) et situé autour de la centrale nucléaire de production d’électricité (CNPE) de Fessenheim. L’objectif est de quantifier le transfert possible de métaux lourds et de très faibles quantités de radioéléments tels que le Cobalt (60Co). Ceux-ci sont en effet rejetés par le CNPE et susceptibles d’entrer dans la chaine trophique. Watchbirds analysera les conséquences sur la physiologie (longueur des télomères et dommages de l’ADN) de plusieurs espèce d’oiseaux (passereaux) ayant colonisé ce territoire, et ce, à un temps 0 (avant démantèlement) puis sur plusieurs années (effets intergénérationnels). Watchbirds permettra ainsi d’établir une base de données unique de dynamique des niveaux de stress environnementaux et des dommages physiologiques induits sur plusieurs générations. Cette étude permettra de mieux comprendre les effets génotoxiques de ces agressions environnementales à de très faibles doses sur des organismes vivants, avec comme impact à moyen terme de venir nourrir les réflexions scientifiques sur les conséquences pour la santé des populations humaines locales vivant autour de la centrale de Fessenheim.

Leader

Sylvie Massemin
I assess the environmental stress suffered by organisms along an urbanization gradient from the center of the town to the forest/mountain. This issue focuses on following the bio-accessible pollutants from soil or air in the food chain and in determining the ecological and physiological effects on populations of the great tit (Parus major), chosen here as a model biological. The combined expertise of the various researchers involved makes it possible to propose two objectives for this work:
The first objective is to determine the origins and routes taken by micropollutants responsible for environmental stress in the great tit by: (i) quantifying organic pollutants in the air (PAH, PCBs and pesticides): (ii) measuring heavy metals in soils and determining their phyto-accessibility (chemical speciation studies) and (iii) quantifying the biomagnification of pollutants along the food chain (plants, invertebrates and great tit). The second objective is to assess the ecological and physiological effects of stress urban versus forest environment, taking into account the different factors that vary along the urbanization gradient. Oxidative stress and telomere length, an indicator of longevity, are used as stress biomarkers. The originality of this project lies in the measurement of the effects physiological at a generational (senescence) and intergenerational (adults versus youth) level. This project, supported by the ZAEU also benefited from the support of a PEPS Faidora (CNRS) in 2016 (Thesis of A. Saulnier, 2018-2021).
In addition, I am the principal investigator of a project supported by the ANR going to start in 2021. A consortium of several laboratories, each providing specific and complementary expertise (immunology, genetic, behaviour microbiome, ageing parameters), will work on the consequences of different levels of environmental stress in 5 large cities (Strasbourg, Dijon, Besançon, Montpellier and Toulouse) in each time comparing urban and forest sites.

Participants

François
Criscuolo
I am an ecophysiologist interested in evolutionary biology. Understanding how the process of ageing differ between individuals, influencing performance and lifespan, remains a corner-stone question in evolutionary biology. The main goal of my research is to contribute to a better understanding of the origin of the great diversity of ageing rates, by trying to uncover the evolved mechanisms (i.e. molecular, cellular and physiological) that shape the life-history trade-offs in different environments. To do so, I develop an approach at the crossroads between physiology and molecular biology, measuring of telomere length to assess ageing rates as an output of individual life-history trade-offs in contrasting environments. Together with an engineer from the University of Strasbourg, Sandrine Zahn, we created a molecular biology laboratory devoted to quantitative PCR (Biologie moléculaire), in particular applied to telomere length measurements. Based on scientific collaborations and...
Radhia
Naja
La société Cell Environment a été créée en 2016 et a pour vocation de réaliser des travaux de recherche et développement dans le domaine des tests génétiques. Elle développe une nouvelle approche cytogénétique-génomique innovante dans la détection des altérations du génome touchant à la fois les séquences uniques mais aussi les séquences répétitives (télomères et centromères) en utilisant une quantité très réduite de cellules. La société est agréée Crédit Impôt Recherche (CIR) en tant que prestataire de R&D depuis 2017. Elle est dirigée par Radhia M’Kacher, docteur en radiobiologie-radiopathologie (Université Paris XI) et habilitée à diriger des recherches (HDR – Université Paris XI).
Anne
Boos
Anne Boos est maîtresse de conférences à l’Université de Strasbourg et chercheuse au sein du Département des Sciences Analytiques de l’IPHC. Son équipe développe des méthodes d’analyse et des procédés de séparation des éléments métalliques pour suivre ces contaminants dans les milieux environnementaux (projets FAIDORA 2016, EC2CO 2017-2019, ANR URBANTIT 2019-2023, OHM Fessenheim 2020-2021), pour récupérer les métaux stratégiques dans les déchets ou effluents industriels ou pour dépolluer les éco-systèmes. Elle est responsable de la plateforme analytique des inorganiques de l’IPHC.
Addil
Sellam
Addil Sellam est ingénieur de recherche et est responsable technique de la plateforme Radioprotection et Mesures Environnementales (RaMsEs) qui offre des prestations de service principalement dans le domaine des mesures et analyses de radioactivité dans l’environnement au laboratoire et in situ. Ce groupe RaMsEs propose ses compétences pour réaliser des mesures de radioactivité sur différents types d’échantillons provenant de l’environnement (effluents, aérosols, denrées alimentaires, végétaux…). Pour cela, il dispose de diverses techniques : scintillation liquide, spectrométrie γ, comptage α - β global, spectrométrie α, XRF, PIXE.
Mireille
Del Nero
Dr. Del Nero is a multidisciplinary scientist using (geo)chemistry to understand the migration behavior of radionuclides and metallic micro-pollutants in natural surface systems. Her main research interest is exploring their chemical speciation in the (bio-)geosphere. She has taken on major scientific challenges related to the field of environmental chemistry, i.e., molecular-level identification of chemical species, in situ speciation at (nano)mineral-solution interfaces, pollutant trace levels, complex natural organic matter, by using innovative experimental set-ups based on advanced surface spectroscopy techniques (such as Attenuated Total Reflectance Fourier Transform Infrared Spectroscopy, ATR-FTIR) or on ultrahigh resolution mass spectrometry technique (Electrospray Ionisation Fourier Transform Mass Spectroscopy, ESI-FTMS). Another area of interest is the application of mechanistic data acquired in the laboratory to field data in order to provide new insights into the...