PDF
SIQINIQ5 : Développement d’enceintes de production végétale au Nunavik => Aspects énergétiques
Stéphane Gibout
Session
Co-leader(s)
Didier Haillot
Project type
Projet OHM
Architecture, Écologie
Le projet SIQINIQ5 est porté par le laboratoire LaTEP de Pau en collaboration avec l’ÉTS de Montréal et l’INRS de Québec. Il s'agit de la suite des projets SEQINEQ, SEQINEQ’, SEQINEQ2, SIQINIQ3 et SIQINIQ4 dont les perspectives particulièrement importantes concernant la serriculture ont entraîné une focalisation des recherches sur ce sujet. Ces travaux cadrent avec la programmation de la Chaire de recherche sur le potentiel géothermique du Nord à l’INRS et soutenue par l’Institut nordique du Québec (INQ). Les travaux proposés à l’OHMI sont aussi complémentaires à différents projets :
- de l’INRS pour évaluer le potentiel géothermique des territoires nordiques et financés par le Fonds Nouvelles Frontière en recherche et INQ-Sentinelle Nord ;
- de l’ETS pour développer des modèles énergétiques de serres financées par le CRSNG, et de laboratoire sur la serriculture nordique du CISA
- de l’UPPA pour mettre au point des systèmes énergétiques pour les serres.
Comme les projets antérieurs, SIQINIQ5 repose sur trois principaux axes de recherche qui évoluent au fil des ans, soit : (1) la mise au point et la maintenance d’une instrumentation spécifique ; (2) le développement d’un modèle numérique pour la serriculture et son application à d’autres domaines ; (3) le partage des connaissances et des données. Le projet SIQINIQ5 inclura deux nouvelles thématiques : (4) les espaces de production végétale intérieure et (5) la valorisation de matières résiduels pour le chauffage.

Leader

Stéphane Gibout
Stéphane Gibout, maître de conférences à l'École Nationale Supérieure en Génie des Technologies Industrielles (ENSGTI) mène ses activités de recherche au Laboratoire de Thermique Énergétique et Procédés (LaTEP).
Ses thématiques principales concernent la modélisation, la simulation et l’optimisation des systèmes énergétiques, intégrant généralement des matériaux à changement de phase (MCP) et une composante solaire. Les applications concernent le stockage d’énergie et la métrologie (caractérisation des MCP par
méthode inverse).
Ces travaux sont menés pour partie dans le cadre d’ANR : MICMCP (« Méthodes d’Identification pour la Caractérisation des Matériaux à Changement de Phase ») et STEEP (« Stockage Thermique pour l’Eco-Efficacité des Procédés »).
Le projet SIQINIQ s’intègre parfaitement dans son profil recherche, avec une extension vers des climats extrêmes et des contraintes technologiques nouvelles. D’un point de vue plus personnel, ce projet est en accord avec ses convictions quant à la nécessaire réduction des dépendances aux énergies fossiles et au
développement des énergies renouvelables.
En outre, S. Gibout est responsable du parcours « Energétique du bâtiment » de l’ENSGTI et effectue son enseignement sur les thématiques liées à la modélisation (Programmation, calcul scientifique, Modélisation Numérique), la thermique du bâtiment (théorie, simulation thermique dynamique)
Enfin Stéphane Gibout est codirecteur du postdoc de Paul Piché, dédié à l'amélioration du comportement thermique de serres nordiques.

Participants

Didier
Haillot
Professeur au département de génie mécanique de l'École de Technologie Supérieure de Montréal, Didier Haillot s'intéresse à la compréhension des phénomènes thermiques et thermodynamiques dans les systèmes énergétiques. Pour cela, ses recherches combinent l'expérimentation et la modélisation. Les domaines d'application sont les matériaux multifonctionnels, l'analyse calorimétrique, le solaire thermique, la thermodynamique et le photovoltaïque, le stockage de l'énergie thermique et la culture sous serre.
Il encadre le postdoc de Paul Piché.
Paul
Piché
Paul Piché a effectué son doctorat au Laboratoire de Thermique Énergétique et Procédés (LaTEP) sur l'amélioration du comportement thermique de la serre de Kuujjuaq, en lien direct avec les APR SIQINIQ de l'OHMi Nunavik et sous la direction de S. Gibout et D. Haillot.
P. Piché est actuellement en postdoctorat à l'École de Technologie Supérieure (ÉTS) de Montréal sous la direction de D. Haillot. Il continue de travailler sur la thermique des serres nordiques (instrumentation, contrôle-commande, modélisation) et est responsable de la réplique du système de stockage de Kuujjuaq à Radisson.
Jasmin
Raymond
Intéressé par la géothermie, le professeur Jasmin Raymond effectue des travaux de recherche sur les ressources de basse et moyenne température, incluant les systèmes de pompes à chaleur. Ses projets, réalisés en collaboration avec des concepteurs, opérateurs et manufacturiers du domaine de la géothermie, ont pour objectif d’améliorer l’efficacité et la rentabilité des systèmes par le biais d’innovations scientifiques et technologiques. Les essais de terrain et la modélisation numérique sont les principales activités qu’il entreprend. M. Raymond est un hydrogéologue qui enseigne les fondements de l’énergie géothermique à l’Institut national de la recherche scientifique dans la ville de Québec. Il détient présentement une chaire de l’Institut nordique du Québec pour évaluer le potentiel géothermique des mines et communautés du nord en plus d’être codirigeant d’un groupe de recherche international sur
l’énergie.
Cédric
Arrabie
Cédric Arrabie est un passionné d’open-source et d’open-hardware ; il utilise les technologies de la Fabrication Numérique pour ses projets professionnels et personnels.
Ingénieur d’étude en électronique à l’École Nationale Supérieure en Génie des Technologies Industrielles (ENSGTI) et au Laboratoire de Thermique Énergétique et Procédés (LaTEP).
De formation Ingénieur CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers), spécialiste dans la conception et la fabrication de systèmes expérimentaux pour le génie chimique et l’énergétique.
Chef de projet technique pluridisciplinaire, allant de la création de codes de calcul scientifique, à la conception de projets connectés (IoT), en passant par l’hydraulique, le pneumatique et l’électrotechnique.