PDF
Etat sanitaire et diversité floristique des forêts de pin d’Alep en bassin minier de Provence
Maxime Cailleret
Session
Co-leader(s)
Project type
Projet OHM
Botanique, Dendrochronologie, Écologie
De nombreuses forêts de pin d’Alep subissent un phénomène de dépérissement depuis quelques années, comme signalé par leur baisse de croissance et une augmentation du taux de mortalité des branches et des arbres. Les services écosystémiques qu’elles rendent aux populations locales en sont nécessairement modifiés, par exemple en termes de production de bois, de risque incendie ou d’érosion, de biodiversité, ou de valeur culturelle paysagère. Il est donc essentiel de cartographier l’état sanitaire des forêts du territoire du bassin minier de Provence pour mieux estimer leur future vulnérabilité au changement climatique, et de déterminer des modalités de gestion pour limiter le dépérissement. Le projet proposé souhaite parvenir à cet objectif en réalisant des observations de déficit foliaire, des mesures rétrospectives de croissance radiale, et des inventaires dendrométriques et botaniques sur une trentaine de placettes couvrant un large gradient de conditions édaphiques et d’historique de peuplement. L’intégration de ces informations à celles provenant de précédents projets notamment financés par l’OHM, nous permettra aussi de compiler et diffuser un état des lieux de la santé et de la diversité floristique des forêts de pin d’Alep en Provence vers les scientifiques, gestionnaires d’organismes publics et privés, mais aussi vers le grand public.

Leader

Maxime Cailleret
Chargé de recherches, mes travaux visent à mieux comprendre et prédire la dynamique des forêts méditerranéennes, notamment la croissance et la mortalité des arbres. Pour cela je couple des méthodes d’observation (réseau de suivi dendrométrique), d’expérimentation (co-responsable de la plateforme ITEM-Eccorev de FontBlanche), et de modélisation (modèle de dynamique forestière ForClim).

Participants

Frédéric
Guibal
Expert en dendrochronologie, spécialiste des forêts méditerranéennes. Mes activités et questions de recherche recouvrent un large domaine allant de l’archéologie (datation de matériel à partir des cernes des arbres), dendro-écologie (étude des facteurs environnementaux modifiant leur croissance), à la xylogènese (production des cellules du bois).
Hendrik
Davi
Directeur de recherche dans l’unité URFM INRAE Avignon. J’étudie la vulnérabilité et l’adaptation des forêts au changement climatique, avec une attention particulière à leur risque de dépérissement. Pour cela, je couple des approches d’observation et de modélisation et développe notamment un modèle à base écophysiologique qui simule le fonctionnement et la dynamique forestière, les flux de carbone et d’eau, mais aussi l’évolution génétique des populations.
Bernard
Boutte
Expert santé des forêts pour le Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation pour la gestion des problèmes sanitaires (2012-2017), puis sur les aspects changement climatique et forêts méditerranéennes (2017-actuel).
Yann
Klopfenstein
Intervenant de l'Institut pour la protection et la valorisation de la forêt méditerranéenne (Gardanne). J’anime des cours et conférences sur la biodiversité et sur l’impact du changement climatique sur la forêt dans les collèges et lycées de la Région Sud, dans le cadre de l'Opération Forêt-Lycée.
Bernard
Prévosto
Ingénieur forestier spécialiste de la gestion des forêts sur le pourtour du bassin méditerranéen, notamment du pin d’Alep je me focalise notamment sur l’impact du sous-bois sur leur croissance et leur régénération. Je suis notamment responsable de la forêt expérimentale de pin d’Alep de St-Mitre-les-Remparts.