PDF
Caractérisation des pratiques agricoles et aquacoles traditionnelles en zones littorales de sous-bois de Guadeloupe : cas des culs de sac marin, versant Basse-Terre
Valérie Angeon
Session
2019
Co-leader(s)
Jean-Louis Diman
Project type
Projet OHM
Écologie, Économie
Diverses activités traditionnelles se déroulent en zones de mangrove, en sous-bois en Guadeloupe. Ces espaces constituent historiquement des lieux de vie où s'effectuent des prélèvements établis de manière raisonnée qui procèdent à l'entretien et à l'équilibre du milieu. Ces activités, de même que les acteurs qui les mettent en œuvre, sont toutefois mal connues et mal recensées, alors qu'ils jouent un rôle essentiel dans la préservation de ces espaces au demeurant fragiles.
Le projet Tradition Littorale se donne pour objectif d'appréhender la nature et d'apprécier l'importance socioéconomique et culturelle des activités agricoles et aquacoles qui se déroulent dans les zones de mangrove afin de mieux cerner le cadre de contraintes dans lesquelles les activités du port s'inscrivent. Plus précisément, le projet vise à : (i) mieux saisir le fonctionnement des ressources écosystémiques impactées en zone de mangrove, (ii) identifier les personnes concernées par les usages agricoles et aquacoles des mangroves (nombre, profils), (iii) comprendre l'équilibre socio-économique des ménages qui développent ces activités en sous-bois de mangrove, (iv) évaluer les pratiques développées en termes de qualité des milieux. Ces quatre temps forts permettront d'apprécier la capacité de réponse des milieux étudiés en termes de vulnérabilité, résilience ou d'adaptation.

Leader

Valérie Angeon
Mes travaux portent sur l’agriculture comme activité productive et système social insérés au sein d'environnements spécifiques soumis aux enjeux et politiques liés à la globalisation. J'accorde une importance particulière aux considérations environnementales dans les petites économies insulaires qui révèlent de manière saillante un certain nombre de phénomènes qui posent problème dans les processus d'intégration : migrations et déséquilibres spatiaux, surconsommation d'espace, liens entre l'économie agricole et spatiale, nécessité de la transition agro-écologique. J'appréhende ces espaces comme des laboratoires d’analyse privilégiés des changements globaux en ce qu'ils concentrent sur des échelles de temps et d’espace concises les évolutions planétaires à venir.

Mes travaux s'articulent autour de trois axes fondamentaux : (1) la production d'indicateurs de vulnérabilité et de résilience, démarche qui impose la clarification des concepts sous-jacents (viabilité, adaptation, sensibilité, flexibilité, robustesse, gouvernance), (2) l'élaboration de méthodes et d'outils participatifs pour la co-conception d'innovations dans des systèmes de culture ou d'élevage non conventionnels et (3) la modélisation d'agrosystèmes viables. La finalité de mes travaux entend déboucher sur des analyses et des pratiques orientées vers des projets de développement et l'action.

Participants

Jean-Louis
Diman
Jean-Louis Diman, est un agroéconomiste spécialiste des systèmes de production agricoles caribéens dont il a étudié le fonctionnement aux Antilles françaises. Il a développé une expertise sur les principales filières de production agricole de Martinique et de Guadeloupe.
Gladys
Loranger-Merciris
Gladys Loranger-Merciris, écologue du sol, focalise ses recherches sur l’étude des organismes du sol, des facteurs influençant leur distribution et aux processus gouvernés par ces organismes dans les écosystèmes terrestres naturels et anthropiques. Elle aborde en particulier les thèmes suivants : 1) étude et optimisation du rôle de la macrofaune du sol dans les agrosystèmes à des fins d’augmentation de la biodisponibilité des ressources et de contrôle des bioagresseurs telluriques ; 2) influence des facteurs du milieu sur la diversité des organismes du sol et sur le cycle de la matière organique dans les écosystèmes naturels.