PDF
Dynamique à long terme des peuplements forestiers : quelle résilience face à la surexploitation forestière ?
Jean-Luc Dupouey
Session
2018
Co-leader(s)
Project type
Projet OHM
Dendrologie, Écologie, Géohistoire
Dans un contexte d’augmentation actuelle de la demande en bois énergie, nous proposons de nous pencher sur les effets à long terme des exploitations intensives de bois sur l’état des écosystèmes forestiers, par une approche d’écologie historique. Grâce à l’avancée des projets déjà en cours de l’OHM Pays de Bitche, nous pouvons maintenant caractériser la composition ancienne des peuplements forestiers en essences, en se basant sur les registres de martelages du XVIIIe siècle, ou sur les analyses de contenu des charbonnières.
Dans le cadre du présent projet, nous comparerons la composition actuelle des peuplements forestiers, en essences et diamètres, avec celle que nous donne les registres de martelages, dans les mêmes parcelles. L’échantillonnage portera aussi bien sur le pays couvert que sur le pays découvert. De telles comparaisons de peuplements, sur les mêmes sites, n’ont été que très rarement menées. Nous étudierons les changements de diversité en essences, de proportion relative des diverses espèces, et de structure diamétrale des peuplements. Nous étudierons en particulier l’évolution de la place respective du hêtre et des chênes.
Ce projet allie les acquis et compétences de disciplines complémentaires : géohistoire, paléoécologie, écologie et sylviculture actuelle. Il vise à mieux prévoir les effets des variations de niveau des prélèvements de bois, dans une région où production et conservation sont deux objectifs affichés de la gestion.

Leader

Jean-Luc Dupouey
2019-04-15 17:13:38
Jean-Luc Dupouey
Ingénieur agronome de formation, je suis actuellement responsable d'une équipe d’écologie forestière. Nos recherches portent sur l’impact des changements environnementaux globaux sur le fonctionnement des écosystèmes forestiers. Nous nous intéressons en particulier à l’impact du changement climatique, des dépôts azotés atmosphériques et des changements historiques d’usage des sols sur la fertilité, l’état de santé et la biodiversité des écosystèmes forestiers. Depuis quelques années, je me suis orienté vers une collaboration plus étroite avec les sciences humaines, afin de mieux cerner l'impact des activités agraires anciennes sur l'état actuel des écosystèmes forestiers qui ont recolonisé les terroirs abandonnés. Nous avons ainsi pu montrer que l'agriculture gallo-romaine avait laissé des traces dans la composition des communautés végétales des forêts actuelles, la composition chimique de leur sol ou la nutrition des arbres.

Participants

Xavier
Rochel
Maître de Conférences en Géographie, spécialiste en biogéographie et géographie historique, je travaille principalement sur la construction des paysages dits naturels sur les trois à quatre derniers siècles (dynamiques des paysages forestiers et des milieux ouverts, en lien avec l'évolution de la gestion
forestière et de l'agriculture).
Vincent
Robin
Domaine de recherche :
Histoire de la végétation, histoire des incendies, Ecologie forestière, écologie des perturbations, impact des activités anthropique sur les écosystèmes, notion de naturalité

Disciplines :
Anthracologie, palynologie, dendrochronologie, mesures d’attributs forestiers
Pierre
Montpied
Ingénieur de recherches spécialisé dans le rééchantillonnage de terrain des données forestières anciennes, l'analyse des données, en particulier les données d'inventaires écologiques à large échelle (Inventaire Forestier National par exemple), la statistique, je suis aussi un botaniste de terrain aguerri.
Nathalie
Leroy
Ingénieure d'étude, spécialisée dans les bases de données et la gestion des SIG historiques, je travaille depuis plus de 15 ans sur la digitalisation (scannage, vectorisation, géoréférencement) des cartes anciennes de France et de Lorraine, entre autres dans le cadre de l'établissement de la carte des forêts anciennes de France.