Un Observatoire Hommes-Milieux (OHM) est un outil d'étude des socio-écosystèmes anthropisés, conçu pour répondre à leur complexité par la mise en œuvre d'une démarche globale d'étude en associant les sciences de l'environnement et en créant les dynamiques pour la mise en place de l'interdisciplinarité nécessaire pour y parvenir. Pour cela chaque OHM s'organise autour d'un objet focal – qui sera étudié par toutes les sciences de l'environnement – qu'un événement fondateur est venu bouleverser profondément (ex : un bassin minier – objet – et l'arrêt de l'exploitation – événement fondateur). 

Il en existe  11 à ce jour : Bassin Minier de Provence, Oyapock (Guyane française), Estarreja (Portugal), Tessékéré (Sénégal), Pyrénées-Haut Vicdessos, Vallée du Rhône, Littoral Méditerranéen, Nunavik, Pays de Bitche, Pima County  et Port Caraïbe.

Depuis 2015, il existe également un Label OHM (co-créé, conçu et fonctionnant selon les règles des Observatoires Hommes-Milieux, sans pour autant percevoir les mêmes aides) dont a pu bénéficier pour l'instant un seul site, Bahia Exploradores, en Patagonie Chili.

ImageBMP InternetL’ancien bassin charbonnier de Provence, également appelé bassin minier de Gardanne, constitue le territoire d’étude de cet Observatoire.

Situé dans l’est du département des Bouches-du-Rhône, entre Marseille et Aix-en-Provence, il concerne dix-sept communes rassemblant un peu plus de 100 000 habitants. Durant près de deux siècles, l’unité de cet espace s’est forgée autour de l’exploitation du lignite et de l’industrialisation induite par la mine. Encadré au nord par le massif de la Sainte-Victoire et au sud par la chaîne de l’Étoile ainsi que par la montagne du Régagnas, paysages emblématiques de la Provence, cet espace est caractéristique des dynamiques périurbaines et industrielles en zone méditerranéenne. Ces dynamiques, souvent contradictoires, ont été particulièrement influencées par l’arrêt définitif de l’exploitation minière au début des années 2000.

Site de l'OHM Bassin Minier de Provence

Fiche technique de l'OHM

L’observation et la recherche menées dans le cadre de cet OHM concernent le littoral méditerranéen de la France, étudié à travers trois sites composant un large gradient d’urbanisation et de pression anthropique. Du plus urbanisé au moins soumis aux pressions humaines, ces sites sont : l’agglomération marseillaise au sens large, depuis les bassins portuaires de Fos-sur-Mer à l’Ouest jusqu’à La Ciotat à l’Est ; le golfe d’Aigues-Mortes, de Sète au Grau du Roi, y compris les lagunes littorales et les bassins versants associés ; les rivages de Balagne et de la périphérie sud de Bastia, en Haute-Corse. Les espaces et milieux étudiés correspondent à l’interface entre les domaines marin et terrestre, c’est-à-dire le rivage mais également les zones terrestres et marines qui s’influencent mutuellement de part et d’autre du trait de côte, tant sur les plans écologiques, hydrologiques ou sociétaux.

Site de l'OHM Littoral méditerranéen

Fiche technique de l'OHM

 

L'Observatoire Hommes-Milieux Oyapock, créé par le CNRS en 2008, a pour projet le suivi de long-terme des relations Hommes-milieux dans la vallée de l’Oyapock, fleuve frontalier de la Guyane et du Brésil.

Sa mise en place est liée à la construction du pont qui relie les rives française et brésilienne du fleuve entre les communes de Saint-Georges de l’Oyapock, côté français, et Oiapoque, coté brésilien. Sa vocation est de comprendre les paramètres qui influent sur la population humaine et l’environnement en lien avec cet évènement, et d’aider ainsi à la prise de décision et l’action publique.

L’OHM Oyapock fait partie du réseau des OHMs du CNRS, lui même intégré au Laboratoire d’excellence DRIIHM, Dispositif de recherche interdisciplinaire sur les interactions Hommes-Milieux.

Site de l'OHM Oyapock

Fiche technique de l'OHM

 

Située au nord du Portugal, la commune d’Estarreja, dans le district d’Aveiro, constitue le territoire étudié par cet OHM.I. Celui-ci tire son originalité de la présence du deuxième plus important complexe d’industries chimiques du pays – produisant principalement du sulfate d’ammonium, de l’acide nitrique et du nitrate d’ammonium, mais également des résines synthétiques (PVC) – et de sa localisation à proximité de la plus grande lagune d’eau saumâtre du Portugal, la ria d’Aveiro. Soumis à une intense pollution industrielle depuis le dé- but des années 1950, ce territoire a subi les effets simultanés de rejets solides, liquides et gazeux dans l’environnement, qui ont à la fois touché certains organismes végétaux et animaux et suscité des interrogations sur la santé des populations locales.

Site de l'OHMi Estarreja

Fiche technique de l'OHMi

L’Observatoire Hommes-Milieux International Nunavik a été créé en 2012, sous l’égide commune de ses organismes de tutelle : l’Institut Écologie et Environnement du CNRS, le Centre des Études Nordiques et l’Association Régionale du Kativik.

Kangiqsujuaq est une des 14 communautés Inuit du Nunavik située au nord du Québec dans un site exceptionnel, à 10 km du détroit d’Hudson (Nuvummiut Imarppinga), recouverte d’une zone de toundra herbacée en pergélisol continu, dans une région très riche en minerais.

Kangiqsujuaq réunit 725 habitants dont 41% ont moins de 20 ans. Une partie de la population travaille dans une des plus grandes mines de Nickel au Canada, la mine Raglan Xstrata située à 90 km et dans la mine de Canadian Royalties. C’est aussi la porte d’entrée principale du Parc national des Pingualuit, le célèbre lac aux eaux bleutées et exceptionnellement pures formé par un impact météorique. C’est une communauté en plein développement (nouvelles infrastructures communautaires, sportives, touristiques, nouvelles petites entreprises). Elle a été choisie par l’Administration Régionale de Kativik comme lieu d’implantation de l’OHMI et servira de lieu d’expérimentation pour les autres communautés du Nunavik.

Site de l'OHMi Nunavik

Fiche technique de l'OHMi

 

Situé au Nord-est du département de la Moselle, le Pays de Bitche est un espace rural enclavé et frontalier bordé au Nord par la frontière allemande (Rhénanie-Palatinat) et au Sud par le département du Bas-Rhin. Le territoire compte un peu moins de 35 000 habitants pour 46 communes. Structuré depuis plusieurs siècles par une forte présence militaire, le retrait progressif de l’armée a eu pour effet de transformer le territoire en profondeur depuis une vingtaine d’années. Le Pays de Bitche apparait ainsi comme un territoire traversant de profondes mutations sous l’effet d’une déprise généralisée (industrielle, ferroviaire, agricole...) dont les dynamiques nécessitent d’être étudiées à l’articulation des phénomènes sociaux et des écosystèmes.

Site de l'OHM Pays de Bitche

Fiche technique de l'OHM

Nous considérons la montagne comme un système spatial favorisant les démarches interdisciplinaires. D’une part, elle offre une facilité de lecture et d’analyse des interactions société-environnement, tant au niveau des changements globaux (climat) que locaux (dynamiques socio-économiques, politiques publiques). D’autre part elle pose le défi de l’intégration des temporalités diverses de la nature et des sociétés, défi à la fois épistémologique et méthodologique d’autant plus grand que l’on veut conjuguer sciences de la nature et sciences sociales.

Dans cet objectif, les Pyrénées ont l’avantage d’avoir été historiquement le lieu d’élaboration de divers modèles scientifiques de référence (géologie, phyto-géographie), mais aussi d’avoir dans les dernières décennies servi de laboratoire interdisciplinaire pour de nombreux programmes portant sur l’histoire et les dynamiques environnementales.

Site de l'OHM Haut Vicdessos

Fiche technique de l'OHM

 

Situé dans le Ferlo, région du nord du Sénégal, le territoire étudié par l’OHM.I Tessékéré est caractéristique du Sahel africain. Cette vaste zone de transition bioclimatique, entre le domaine saharien au nord et les savanes soudaniennes au sud, est caractéristique des crises écologiques et humaines consécutives aux épisodes de sécheresse qui touchent l’Afrique depuis plusieurs décennies. La région concernée par l’Observatoire présente tous les traits propres au Sahel (déficit pluviométrique, pression anthropique sur le milieu, modification des grands équilibres écologiques) et la particularité d’être au cœur d’un très important programme panafricain de développement et de reforestation, appelé Grande Muraille verte.

Site de l'OHMi Téssékéré

Fiche technique de l'OHM

 

L’emprise géographique de l’OHM Vallée du Rhône correspond à l’axe fluvial du Léman à la Méditerranée, au fleuve lui-même, à ses milieux aquatiques annexes et aux zones riveraines, inondables pour certaines. Les territoires étudiés sont ainsi soumis à l’influence de nombreux aménagements présents sur tout le cours du fleuve. Ceux-ci résultent de deux périodes clés : la construction de la voie navigable (1840-1910) et la mise en place des équipements hydro-électriques (1948-1986). Ils ont conditionné l’évolution des paysages contemporains et la répartition des activités humaines. Un type particulier de paysage caractérisé par un Rhône « court-circuité », un canal et tous les ouvrages associés, se répète ainsi comme un motif territorial au niveau de chaque aménagement hydro-électrique permettant des comparaisons géographiques inédites et la mise en lumière des causalités de changement.

Site de l'OHM Vallée du Rhône

Fiche technique de l'OHM

 

IMG InternetL’élément fondateur de l’OHM Pima County. Les réserves minières, estimées à 2,7 Bt de cuivre, ce qui représente plus de 10% de la production étasunienne, devraient être exploitées avec de "nouvelles techniques environnementales" de traitement et de recyclage de l’eau. Une approche comparative sera effectuée avec différents sites miniers de cette même région afin d’analyser :

  • les effets écologiques sur les eaux souterraines, la biodiversité, l’usage de sols, la qualité de l’air, etc.
  • l’impact sanitaire, économique et social sur les populations voisines (communautés résidentielles, périphéries urbaines en expansion, réserves indiennes).

L’objectif étant d’éclairer les interactions et leurs dynamiques au coeur des systèmes socio-écologiques et socio-économiques constitués sur l’objet de recherche.

Site de l'OHMi Pima County

Fiche technique de l'OHMi

Port Pointe à pitreSuite à sa création en 2012, le Grand Port Maritime (GPM) de Guadeloupe a mis en place un projet d’expansion du terminal de Jarry-Baie Mahault qui vise notamment à s’adapter à l’essor continuel du transport maritime et à l’élargissement du canal Panaméen. Cette expansion comprend des étapes de dragage, de comblement, de viabilisation et de construction de nouveaux quais. Ces évolutions qui ont pour ambition de créer un port de transbordement de niveau régional et international dans la Caraïbe Sud, permettront de développer et de diversifier les activités maritimes tout en structurant le réseaux et en favorisant la compétitivité des GPM des DOM.

L’extension du GPM dans le petit cul de sac marin et autour de la ville de Pointe-à-Pitre, pose dans le paysage socio-culturel de la Guadeloupe des questions d’acceptabilité, notamment de la part des populations riveraines et de la filière pêche. L’OHM Port-Caraïbe propose d’observer et d’analyser les interactions homme-milieux, les transformations paysagères et les enjeux d’innovations socioéconomiques et écologiques au sein de ce territoire insulaire. La question de la préservation et de la restauration de certains écosystèmes côtiers est aussi centrale.

Site OHM Port-Caraïbe

Fiche de l'OHM