PDF
ASTRAPI - Analyse Spatiotemporelle du TRAfic maritime de Port CaraÏbe
Leader
Iwan Le Berre
Session
2019
Co-leader(s)
Project type
Projet OHM
Écologie, Géographie, Géomatique
Ce projet vise à analyser le trafic maritime dans le Bassin Caraïbe, à partir des données AIS (Automatic Indentification System). L’AIS est un dispositif de surveillance du trafic maritime qui génère des données massives, en temps réel, géoréférencées par les systèmes de positionnement par satellites. L’exploitation de ces données permet la quantification et la caractérisation des voies de navigation ainsi qu’une reconstitution spatiotemporelle fine du trafic. Il est possible d’en extraire des descripteurs variés (densités de flux, caractérisation des couloirs de navigation, typologie des trafics portuaires, etc.), susceptibles d’être confrontés à des données de sources diverses, par exemple pour analyser les impacts environnementaux du trafic maritime (pollution de l’air ou sonore, dérangement de la faune marine, etc.). Les nombreuses perspectives de recherche interdisciplinaire qu’offrent les données AIS, leur confèrent un potentiel statut de donnée socle apte à alimenter une nouvelle série d’observation au sein de l’OHM Port Caraïbe.
L’objectif de notre proposition est par conséquent de définir la meilleure configuration de collecte et d’archivage des donnée AIS au service des problématiques de l’OHM. Cela comporte a) l’analyse des principales alternatives d’acquisition des données AIS pour décrire le trafic maritime à l’échelle du Bassin Caraïbes (abonnement, intégration dans le réseau par la pose d’une balise capteur, etc.) ; b) la structuration d’une base de données spatiotemporelles accessible par les chercheurs partenaires de l’OHM Port Caraïbe ; c) le test de divers indicateurs décrits dans la littérature pour restituer l’organisation spatiotemporelle du trafic maritime à l’échelle du Bassin Caraïbe.

Leader

Iwan Le Berre
Iwan Le Berre est Maître de conférences en Géographie à l'UBO. Ses travaux concernent l'artificialisation des littoraux, son suivi et son analyse spatiale par les méthodes de la Géomatique. Il a soutenu sa thèse en 1999 sur la "Mise au point de méthodes d'analyse et de représentation des interactions complexes en milieu littoral". Depuis, il a contribué à plusieurs projets de recherche en lien avec la cartographie des activités humaines en mer côtière (Dactari - Fondation de France ; Cartahu - Fondation de France ; Rad2Brest - Liteau, voir CV joint).

Participants

Colette
Ranély Vergé-Dépré
Colette Ranély Vergé-Dépré est Maître de conférence de Géographe à l'Université des Antilles. Spécialiste des transports, elle a soutenu sa thèse sur la Géographie des transports dans les Antilles françaises en 1999, et son HDR intitulée "Transports et territoires insulaires, approche géographique" en 2017.
Damien
Le Guyader
Damien Le Guyader est docteur en géographie de l'Université de Bretagne Occidentale, au sein de laquelle il a soutenu sa thèse en 2012. Cette thèse intitulée "Modélisation des activités humaines en mer côtière" a été réalisée au sein de l'UMR LETG, sous la direction de Françoise Gourmelon. Cette thèse intégrait à la fois de la cartographie des activités maritimes à dires d'acteurs et le traitement de données AIS. Dans le cadre de son PostDoc, puis au sein de la scie Terramaris, Damien Le Guyader a ensuite développé sa maîtrise du traitement et de l'analyse scientifique de ces données dans le cadre de plusieurs projets de recherche, notamment en partenariat étroit avec LETG (Dactari - Fondation de France ; Cartahu - Fondation de France ; Rad2Brest - Liteau ; APPEAL - ANR)
Arnaud
Jean-Charles
Arnaud Jean-Charles est géomaticien, Chargé de projet Web-SIG LabEx DRIIHM et animateur du groupe IDS (Infrastructures de données spatiales). A ce titre, ses compétences portent notamment sur l'interopérabilité et sur les déploiement des bases de données produites dans le cadre des OHM, au sein du Labex DRIIHM.
Bénédicte
Madon
Bénédicte Madon est statisticienne et actuellement chercheure contractuelle au sein de l'UMR Amure à l'IUEM. Elle a soutenu sa thèse en 2010, à l'Université d'Auckland (Nouvelle-Zélande). Son domaine de recherche concerne les baleines et porte en particulier sur la problématique des collisions baleines-bateaux. A ce titre, elle assure la coordination scientifique de la storyline du sanctuaire Pelagos.
Jean-Luc
Jung
Jean-Luc Jung est spécialiste d’Ecologie moléculaire, domaine dans lequel il a obtenu son HDR à l'Université de Brest, en 2017. Son doctorat de Biologie Cellulaire et Moléculaire a été obtenu à l'Université de Strasbourg en 1993. Il s'intéresse tout particulièrement à l'utilisation des approches d’analyse de l’ADN environnemental pour l’étude des mammifères marins. Dans ce cadre, il collabore depuis plusieurs années avec l'OMMAG, réseau de science participative d'acteurs du milieu marin qui mutualisent leurs observations de cétacés notamment dans l'AGOA, aire marine protégée dédiée aux mammifères marins dans les Antilles.