PDF
DISRUPT-RHONE : Les discours de la rupture sur le Rhône français (1945-2013)
Yves-François Le Lay
Session
2015
Co-leader(s)
Project type
Projet OHM
Géographie, Géohistoire, Histoire, Sociologie

Disrupt 2L’OHM vallée du Rhône trouve une partie de ses fondements dans le facteur déclenchant constitué par les inondations de 2002 et de 2003. L’année 2003 est ainsi présentée comme une rupture, semblable à celle qui a procédé de la crue de 1856. Cette rupture socio-environnementale a poussé les acteurs à redéfinir leurs objectifs de gestion et à reconsidérer leurs actions dans une perspective plus intégrée et durable, qui s’est matérialisée par la signature du Plan Rhône en 2007. L’OHM vallée du Rhône ne saurait donc faire l’impasse sur une réflexion approfondie à propos des ruptures qui ont fondé l’organisation contemporaine du corridor rhodanien. Or, depuis plus de trente ans, les sciences humaines et sociales ont pris pour objet d’étude les ruptures ou les discontinuités spatiotemporelles, qui procèdent ou entraînent des crises. Cette focale sur la rupture présente l’intérêt de se fixer sur le basculement : la crise devient un moment d’effervescence, une fenêtre vers des changements.


Cette étude des ruptures socio-environnementales concernant le fleuve Rhône est fondée sur les discours portés par une pluralité d’acteurs. Elle est conçue à différentes échelles de temps et d’espace autour de deux axes.



  • Axe 1 – Étude des enjeux médiatisés dans Le Monde (1945-2013)


Ce premier axe a pour objectif d’inventorier et de hiérarchiser les problèmes socio-environnementaux sur l’ensemble du corridor rhodanien de 1945 à 2013. D'autres ruptures que les crues de 2002 et de 2003 peuvent-elles repérées depuis la Seconde Guerre mondiale ? Quels problèmes ont été médiatisés à l'échelle nationale ? Cette périodisation correspond à la création du Monde (le premier numéro paraît en 1944) et au renouvellement du Plan Rhône pour 2013. Parmi les éléments qui semblent structurer les discours de l’après-guerre, l’aménagement hydro-électrique du Rhône tient une place importante, comme en témoigne cette citation : « l’énergie hydroélectrique nous viendra bientôt en aide » (Le Monde, le 28 juillet 1945). De même, les enjeux autour de la navigation ont pu structurer les discussions en termes d’aménagement du Rhône.



  • Axe 2 – Analyse de trois ruptures


Trois études de cas sont envisagées afin d’étudier des crises socio-environnementales sur une temporalité plus courte afin de comprendre comment elles sont à même d’infléchir les stratégies de gestion du fleuve.



  1. Le barrage de Loyettes autour d'entretiens semi-directifs. Cette première étude de cas a un double objectif. Il s’agit d’abord de rassembler des témoignages de différents acteurs sur le conflit lié à la construction d’un barrage par la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) à Loyettes. Il s’agit aussi d’étudier la mémoire de cette controverse : a-t-elle constitué une rupture dans les représentations mais aussi dans la gestion du Rhône ? Si oui, à quelle échelle ? Quelle a été la portée spatiotemporelle de celle controverse ?

  2. Les inondations de 2002 et de 2003 avec la comparaison entre presse quotidienne régionale et nationale.

  3. Le Plan Rhône dans la Le Progrès, Le Dauphiné Libéré et La Provence en 2013. Le renouvellement du Plan Rhône est-il médiatisé et si oui comme la fin d'un cycle ou comme une nouvelle façon de penser le Rhône et ses aménagements ?


Ces deux axes seront croisés pour étudier comment l’analyse rétrospective (axe 1) sous-entend des analyses synchroniques (axe 2) et comment ces deux démarches de recherche parviennent à s’enrichir mutuellement.

Leader

Yves-François Le Lay
2016-11-30 18:20:18
2016-11-29 15:15:52
Yves-François Le Lay

Yves-François Le Lay est maître de conférences et directeur adjoint du département des sciences sociales de l'ENS de Lyon. Son activité de recherche relève de l'UMR 5600 « Environnement Ville et Société » et de la ZABR. Il travaille plus particulièrement sur les approches géo-historique et socioculturelle des milieux fluviaux ainsi que sur les techniques d'enquête et l'analyse de données en science sociales.

Participants

Yves-François
Le Lay

Yves-François Le Lay est maître de conférences et directeur adjoint du département des sciences sociales de l'ENS de Lyon. Son activité de recherche relève de l'UMR 5600 « Environnement Ville et Société » et de la ZABR. Il travaille plus particulièrement sur les approches géo-historique et socioculturelle des milieux fluviaux ainsi que sur les techniques d'enquête et l'analyse de données en science sociales.

Carole
Barthélémy

Carole Barthélémy est Maître de Conférences en sociologie au sein du Laboratoire Population Environnement Développement (UMR 151 Aix Marseille Université – Institut de Recherche pour le Développement). Ses principales thématiques de recherche portent sur les usages, savoirs et actions publiques liés à la nature. Elle travaille également sur la durabilité des systèmes socio-naturels face à des évènements de pollution. Ses terrains concernent le fleuve Rhône et les espaces littoraux industrialisés. Elle a participé à un projet OHM Vallée du Rhône « Sur la piste des micro-polluants : risques et gouvernance du fleuve Rhône ».

Emeline
Comby

Agrégée de géographie, Emeline Comby est membre de l'UMR 5600 « Environnement Ville et Société » et de la ZABR, ATER et doctorante à l'Université Jean Moulin Lyon 3. Elle a publié, depuis 2011, 9 articles dans des revues à comité de lecture (inter)nationale (comme Environmental Management, Science of the total Environment, Géocarrefour, VertigO, Géographie et cultures...). Elle a participé à deux projets OHM (« Les inondations en héritage » et « Encrer le fleuve Rhône »). Pour sa thèse, elle mène une étude comparée des discours entre le Rhône et le Sacramento.

Silvia
Flaminio

Silvia Flaminio est agrégée de géographie et monitrice à l'ENS de Lyon. Membre de l'UMR 5600 « Environnement Ville et Société » et de la ZABR, elle est inscrite en thèse à l'ENS de Lyon, sous la direction d'Hervé Piégay. Son sujet s'intitule « (Se) représenter les barrages : (a)ménagement, concessions et controverses ».